Université vs écoles privées

Il est des thématiques de société qui divisent toujours : faut-il faire ses études à la faculté ou en école privé ? Entre les défenseurs d’un savoir gratuit et accessible à tous, dont la pensée s’inscrit dans la continuité des idées de Jules Ferry et une manière de voir plus pragmatique et professionnalisante, les idées fusent et souvent, le ton monte.

Les écoles privées, un investissement parfois lourd

Dans certains domaines, suivre un enseignement supérieur dans le privé est quasiment une obligation. Les écoles de commerce, de cinéma ou encore les écoles informatiques sont souvent les seuls moyens d’arriver dans des secteurs bien précis. Mais la concurrence rude aux concours d’entrée couplée aux prix souvent prohibitifs n’inspirent pas forcément confiance, d’autant plus qu’entre une école et une autre, le niveau à la sortie des étudiants peut être extrêmement différent.

L’université ou l’accès au savoir

Il y a des universités dont le simple nom provoque le respect : la Sorbonne, Polytechnique ou Normal Sup font tout de suite référence à l’excellence de l’enseignement français. Il est indéniable que l’université reste le lieu de prédilection de la recherche notamment dans les domaines scientifiques, mais sortie de ces quelques grands noms, l’employabilité immédiate après un premier ou un second cycle reste difficile pour beaucoup de jeunes diplômés. Un avantage majeur tout de même : la quasi-gratuité de l’enseignement supérieur qui permet aujourd’hui à 60% des jeunes français d’accéder à l’université.

L’enseignement technique, fleuron des universités ?

Malgré ce premier état des lieux plus que contrasté pour les universités françaises, certains départements s’en sortent mieux que les autres. Il s’agit des départements universitaires techniques, qui proposent des formations souvent courtes en deux ou trois ans, et qui sont souvent sont assurées à la fois par des professeurs de l’enseignement supérieur et par es intervenants professionnels. Bénéficiant bien souvent de moyens plus importants, ces instituts permettent aux diplômés une bonne intégration sur le marché du travail.

Que faire pour prendre la bonne décision ?

Un premier conseil fondamental est d’aller consulter le conseiller d’orientation dès les premiers mois de la terminale, afin d’essayer de mettre en place un parcours en adéquation avec les aspirations de l’élève. Ensuite, certains sites sont de véritables sources de renseignements fiables : l’étudiant.fr ou encore phosphore.com propose un ensemble de fiches métiers et de nombreux documents d’aide à l’orientation.  Surtout, ne vous y prenez pas à la dernière minute, un projet professionnel se prépare avec minutie et patience. Bon courage à tous.